Le café Merlette est situé en haut d’une colline dans le village de Vitry-sur-Loire en Bourgogne. Cette colline fait partie des derniers contreforts du Morvan avant l’estuaire de la Loire. Cela explique le panorama exceptionnel sur la « vallée verte », qui donne l’impression d’avoir vue sur la mer.

L’histoire des lieux remonte au Moyen-Âge et le périmètre autour de l’eglise (le café inclus) est officiellement reconnu comme « site historique ». À l’époque il y avait un château fort qui abritait une garnison. De nombreuses batailles ont été livrées autour de la Loire aux confins de la Bourgogne et de l’Auvergne par les armées du Bourbonnais et la noblesse bourguignonne.
Le château a été détruit pendant la Révolution française. L’église visible du café Merlette est l’ancienne chapelle du château.

Le mot Merlette (à ne pas confondre avec le féminin de « merle ») s’inspire de la mythologie norvégienne. En effet, le casque à cornes viking porte un cygne en effigie sur le devant. Ce cygne sans bec ni pattes représentait symboliquement les Normands partis avec leurs drakkars, bien loin de leur terre natale dont ils ne fouleraient plus le sol, pour piller les pays étrangers dont ils ne comprenaient pas la langue.
« La Baronnie de Vitry », liste des propriétaires successifs du château de Vitry, montre qu’ils avaient adopté la merlette comme symbole héraldique sur leur blason à l’époque des croisades, dans le même esprit que les Vikings en leur temps.
C’est en référence à l’histoire de notre village que Félix et moi avons choisi ce nom pour notre café en faisant aussi un petit clin d’œil à notre propre histoire, puisque nous sommes, nous aussi, « venus de l’étranger ».

La première référence à la représentation de « merlettes » date de 1412.
Les informations suivantes proviennent du site http://vitrysurloire.free.fr/

1412 – Guillaume de Mello dit « de Marloux » seigneur d’Epoisse, Chigneuil, et Givry en Chalonnais, beau-frère de Louis de Lestinois, époux d’ Isabeau de Bourbon

Armes

D’or, à deux fasces de gueules, à l’orle de 9 merlettes de même

1737 – Denis Robert Bruneau de Vitry Baron de Vitry

Armoirie de Denis Robert Bruneau de Vitry

1773 – Pierre Etienne Bruneau, Chevalier, Marquis de Vitry épousa Gabrielle de Reugny du Tremblay, dame de Poussery. 

1833 – Le comte Bruneau de Vitry époux de louise du Vern (décédée le 17 mai 1854), marie sa fille Henriette Pilippine Bruneau de Vitry au comte Bouez d’Amazy le 11 Novembre. De cette union naîtrons 2 enfants :

  • Marie Louise Aline Bouez d’Amazy (25 Novembre 1835 – 12 Avril 1840)
  • Marie Ludovic Ernest Bouez D’amazy Né le 21novembre 1836

Les armoiries du Comte de Vitry sont décrites dans plusieurs livres dont « Le Dictionnaire héraldique » paru en 1861 en 1 Tome

Avec la description « d’azur, a la fasce d’argent, chargée de trois molettes de sable, et accompagnée de trois étoiles du second émail »

Armoiries de Bruneau de Vitry
d’azur à la fasce d’argent chargée de trois merlettes de sable, accolé de trois étoiles du même

Les merlettes étaient orientées dans ce sens (Merci à B Duclocher pour sa documentation)

Explication sur la famille BRUNEAU

BRUNEAU. — D’azur à la fasce d’argent, chargée de trois molettes de sable et accompagnée de trois étoiles du second. — Barthélemy Bruneau, seigneur de Vizerny en 1648, et condamné comme usurpateur en 1665, appartenait sans doute à la famille Bruneau de Vitry dont nous donnons les armes. Cette famille, originaire du Nivernais, a pris son surnom de la baronnie de Vitry-sur-Loire, qu’elle possédait au dernier siècle.